Solutions

New Threat to Our Food Safety

What’s at risk with cuts being made to the Canadian Food Inspection Agency? PSAC Agriculture Union President Bob Kingston discusses.

View the Video

Latest Media Release:

Latest Briefing Note:

The House of Commons Standing Committee on Health seeks clarification from the CFIA after the Agriculture Union disputes assurances given to the Committee by an Agency spokesperson about the frequency of meat inspection in Northern Alberta

Research shows most CFIA programs are currently short staffed approximately 30%. A survey of frontline inspectors that was characterized by the CFIA witness as an “overstatement” found that more than half (55%) describe the current complement of inspection staff in their immediate work group as “inadequate to complete all tasks needed to ensure compliance with food safety requirements”.

Latest Web Post:

Food Safety in the News:

Meat importing countries raise inspection bar for Brazil

Rod Nickel and Tom Polansek - Reuters Canada WINNIPEG, Manitoba/CHICAGO (Reuters) - Meat-importing countries from North America to Europe and Asia have tightened inspection standards for shipments from Brazil in a bid to protect consumers, following a probe into...

Maple Leaf Foods recalls chicken products because of staph

Food Safety News Maple Leaf Foods is recalling an undisclosed amount of chicken strip and sandwich products under three brands because they maybe contaminated with toxin produced by Staphylococcus bacteria. Retailers in the provinces of Ontario and Quebec received the...

Media Requests:

We are network of Canadians speaking up for the safety of our food

Join Us

New Threat to Our Food Safety

What’s at risk with cuts being made to the Canadian Food Inspection Agency? PSAC Agriculture Union President Bob Kingston discusses.

View the Video

Latest Media Release:

Latest Briefing Note:

The House of Commons Standing Committee on Health seeks clarification from the CFIA after the Agriculture Union disputes assurances given to the Committee by an Agency spokesperson about the frequency of meat inspection in Northern Alberta

Research shows most CFIA programs are currently short staffed approximately 30%. A survey of frontline inspectors that was characterized by the CFIA witness as an “overstatement” found that more than half (55%) describe the current complement of inspection staff in their immediate work group as “inadequate to complete all tasks needed to ensure compliance with food safety requirements”.

Latest Web Post:

Food Safety in the News:

Meat importing countries raise inspection bar for Brazil

Rod Nickel and Tom Polansek - Reuters Canada WINNIPEG, Manitoba/CHICAGO (Reuters) - Meat-importing countries from North America to Europe and Asia have tightened inspection standards for shipments from Brazil in a bid to protect consumers, following a probe into...

Maple Leaf Foods recalls chicken products because of staph

Food Safety News Maple Leaf Foods is recalling an undisclosed amount of chicken strip and sandwich products under three brands because they maybe contaminated with toxin produced by Staphylococcus bacteria. Retailers in the provinces of Ontario and Quebec received the...

Media Requests:

We are network of Canadians speaking up for the safety of our food

Join Us

Securitealimentaire.ca est un réseau de milliers de Canadiens qui s’inquiètent de la sécurité de nos aliments.

En cette époque de commerce mondialisé et dans la foulée de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé 22 décès et rendu malades des dizaines de personnes, Securitealimentaire.ca réclame des inspections plus fréquentes et plus strictes de la part du gouvernement, et un rôle moins important dévolu à l’industrie en matière de supervision de la salubrité des aliments.

Le réseau Sécuritéalimentaire.ca se mobilise en faveur d’une meilleure protection de la sécurité des aliments et veut exposer dans quel contexte ténébreux s’élaborent nos politiques relatives à la sécurité des aliments, alors que l’influence de la grande industrie s’exerce depuis beaucoup trop longtemps au détriment des consommateurs et de la sécurité.

Ce site est commandité par les inspecteurs/inspectrices des aliments du Canada et par le Syndicat Agriculture – AFPC, qui les représente.

New Threat to Our Food Safety

What’s at risk with cuts being made to the Canadian Food Inspection Agency? PSAC Agriculture Union President Bob Kingston discusses.

View the Video

Latest Media Release:

Latest Briefing Note:

The House of Commons Standing Committee on Health seeks clarification from the CFIA after the Agriculture Union disputes assurances given to the Committee by an Agency spokesperson about the frequency of meat inspection in Northern Alberta

Research shows most CFIA programs are currently short staffed approximately 30%. A survey of frontline inspectors that was characterized by the CFIA witness as an “overstatement” found that more than half (55%) describe the current complement of inspection staff in their immediate work group as “inadequate to complete all tasks needed to ensure compliance with food safety requirements”.

Latest Web Post:

Food Safety in the News:

Meat importing countries raise inspection bar for Brazil

Rod Nickel and Tom Polansek - Reuters Canada WINNIPEG, Manitoba/CHICAGO (Reuters) - Meat-importing countries from North America to Europe and Asia have tightened inspection standards for shipments from Brazil in a bid to protect consumers, following a probe into...

Maple Leaf Foods recalls chicken products because of staph

Food Safety News Maple Leaf Foods is recalling an undisclosed amount of chicken strip and sandwich products under three brands because they maybe contaminated with toxin produced by Staphylococcus bacteria. Retailers in the provinces of Ontario and Quebec received the...

Media Requests:

We are network of Canadians speaking up for the safety of our food

Join Us

Securitealimentaire.ca est un réseau de milliers de Canadiens qui s’inquiètent de la sécurité de nos aliments.

En cette époque de commerce mondialisé et dans la foulée de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé 22 décès et rendu malades des dizaines de personnes, Securitealimentaire.ca réclame des inspections plus fréquentes et plus strictes de la part du gouvernement, et un rôle moins important dévolu à l’industrie en matière de supervision de la salubrité des aliments.

Le réseau Sécuritéalimentaire.ca se mobilise en faveur d’une meilleure protection de la sécurité des aliments et veut exposer dans quel contexte ténébreux s’élaborent nos politiques relatives à la sécurité des aliments, alors que l’influence de la grande industrie s’exerce depuis beaucoup trop longtemps au détriment des consommateurs et de la sécurité.

Ce site est commandité par les inspecteurs/inspectrices des aliments du Canada et par le Syndicat Agriculture – AFPC, qui les représente.

Securitealimentaire.ca est un réseau de milliers de Canadiens qui s’inquiètent de la sécurité de nos aliments.

En cette époque de commerce mondialisé et dans la foulée de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé 22 décès et rendu malades des dizaines de personnes, Securitealimentaire.ca réclame des inspections plus fréquentes et plus strictes de la part du gouvernement, et un rôle moins important dévolu à l’industrie en matière de supervision de la salubrité des aliments.

Le réseau Sécuritéalimentaire.ca se mobilise en faveur d’une meilleure protection de la sécurité des aliments et veut exposer dans quel contexte ténébreux s’élaborent nos politiques relatives à la sécurité des aliments, alors que l’influence de la grande industrie s’exerce depuis beaucoup trop longtemps au détriment des consommateurs et de la sécurité.

Ce site est commandité par les inspecteurs/inspectrices des aliments du Canada et par le Syndicat Agriculture – AFPC, qui les représente.

New Threat to Our Food Safety

What’s at risk with cuts being made to the Canadian Food Inspection Agency? PSAC Agriculture Union President Bob Kingston discusses.

View the Video

Latest Media Release:

Latest Briefing Note:

The House of Commons Standing Committee on Health seeks clarification from the CFIA after the Agriculture Union disputes assurances given to the Committee by an Agency spokesperson about the frequency of meat inspection in Northern Alberta

Research shows most CFIA programs are currently short staffed approximately 30%. A survey of frontline inspectors that was characterized by the CFIA witness as an “overstatement” found that more than half (55%) describe the current complement of inspection staff in their immediate work group as “inadequate to complete all tasks needed to ensure compliance with food safety requirements”.

Latest Web Post:

Food Safety in the News:

Meat importing countries raise inspection bar for Brazil

Rod Nickel and Tom Polansek - Reuters Canada WINNIPEG, Manitoba/CHICAGO (Reuters) - Meat-importing countries from North America to Europe and Asia have tightened inspection standards for shipments from Brazil in a bid to protect consumers, following a probe into...

Maple Leaf Foods recalls chicken products because of staph

Food Safety News Maple Leaf Foods is recalling an undisclosed amount of chicken strip and sandwich products under three brands because they maybe contaminated with toxin produced by Staphylococcus bacteria. Retailers in the provinces of Ontario and Quebec received the...

Media Requests:

We are network of Canadians speaking up for the safety of our food

Join Us

Securitealimentaire.ca est un réseau de milliers de Canadiens qui s’inquiètent de la sécurité de nos aliments.

En cette époque de commerce mondialisé et dans la foulée de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé 22 décès et rendu malades des dizaines de personnes, Securitealimentaire.ca réclame des inspections plus fréquentes et plus strictes de la part du gouvernement, et un rôle moins important dévolu à l’industrie en matière de supervision de la salubrité des aliments.

Le réseau Sécuritéalimentaire.ca se mobilise en faveur d’une meilleure protection de la sécurité des aliments et veut exposer dans quel contexte ténébreux s’élaborent nos politiques relatives à la sécurité des aliments, alors que l’influence de la grande industrie s’exerce depuis beaucoup trop longtemps au détriment des consommateurs et de la sécurité.

Ce site est commandité par les inspecteurs/inspectrices des aliments du Canada et par le Syndicat Agriculture – AFPC, qui les représente.

Securitealimentaire.ca est un réseau de milliers de Canadiens qui s’inquiètent de la sécurité de nos aliments.

En cette époque de commerce mondialisé et dans la foulée de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé 22 décès et rendu malades des dizaines de personnes, Securitealimentaire.ca réclame des inspections plus fréquentes et plus strictes de la part du gouvernement, et un rôle moins important dévolu à l’industrie en matière de supervision de la salubrité des aliments.

Le réseau Sécuritéalimentaire.ca se mobilise en faveur d’une meilleure protection de la sécurité des aliments et veut exposer dans quel contexte ténébreux s’élaborent nos politiques relatives à la sécurité des aliments, alors que l’influence de la grande industrie s’exerce depuis beaucoup trop longtemps au détriment des consommateurs et de la sécurité.

Ce site est commandité par les inspecteurs/inspectrices des aliments du Canada et par le Syndicat Agriculture – AFPC, qui les représente.
L’organisme qui réglemente la salubrité des aliments au Canada – l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) – manque des ressources d’inspection nécessaire pour garantir que les transformateurs et les importateurs d’aliments obéissent aux règles qui protègent les Canadiens des aliments contaminés.

En réponse au déficit d’inspection, le gouvernement fédéral a confié à l’industrie davantage de responsabilités de surveillance de ses propres pratiques de salubrité, avec une supervision réduite de la part des inspecteurs gouvernementaux.

Toute l’industrie de la transformation alimentaire du Canada est aux prises avec ce déficit d’inspection, y compris les transformateurs de viande, de volaille, de poissons et d’œufs, de même que les importateurs d’aliments.

Les inspecteurs gouvernementaux passent aujourd’hui moins de temps à accomplir des inspections directes sur le terrain et plus de temps à éplucher des rapports et des résultats d’analyses produits par les compagnies elles-mêmes. Dans plusieurs cas, la charge de travail des inspecteurs est si lourde qu’ils sont incapables de vérifier si les compagnies obéissent aux règlements de salubrité.

Plusieurs croient que ces changements sont à l’origine de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé la mort de 22 personnes et en a rendus malades des dizaines d’autres, victimes de charcuteries Maple Leaf contaminées.

Même si le gouvernement fédéral a annoncé son intention de procéder à de nouveaux investissements dans la sécurité alimentaire et d’embaucher de nouveaux inspecteurs, le système d’inspection en général demeure cruellement et dangereusement en manque d’effectifs.

New Threat to Our Food Safety

What’s at risk with cuts being made to the Canadian Food Inspection Agency? PSAC Agriculture Union President Bob Kingston discusses.

View the Video

Latest Media Release:

Latest Briefing Note:

The House of Commons Standing Committee on Health seeks clarification from the CFIA after the Agriculture Union disputes assurances given to the Committee by an Agency spokesperson about the frequency of meat inspection in Northern Alberta

Research shows most CFIA programs are currently short staffed approximately 30%. A survey of frontline inspectors that was characterized by the CFIA witness as an “overstatement” found that more than half (55%) describe the current complement of inspection staff in their immediate work group as “inadequate to complete all tasks needed to ensure compliance with food safety requirements”.

Latest Web Post:

Food Safety in the News:

Meat importing countries raise inspection bar for Brazil

Rod Nickel and Tom Polansek - Reuters Canada WINNIPEG, Manitoba/CHICAGO (Reuters) - Meat-importing countries from North America to Europe and Asia have tightened inspection standards for shipments from Brazil in a bid to protect consumers, following a probe into...

Maple Leaf Foods recalls chicken products because of staph

Food Safety News Maple Leaf Foods is recalling an undisclosed amount of chicken strip and sandwich products under three brands because they maybe contaminated with toxin produced by Staphylococcus bacteria. Retailers in the provinces of Ontario and Quebec received the...

Media Requests:

We are network of Canadians speaking up for the safety of our food

Join Us

Securitealimentaire.ca est un réseau de milliers de Canadiens qui s’inquiètent de la sécurité de nos aliments.

En cette époque de commerce mondialisé et dans la foulée de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé 22 décès et rendu malades des dizaines de personnes, Securitealimentaire.ca réclame des inspections plus fréquentes et plus strictes de la part du gouvernement, et un rôle moins important dévolu à l’industrie en matière de supervision de la salubrité des aliments.

Le réseau Sécuritéalimentaire.ca se mobilise en faveur d’une meilleure protection de la sécurité des aliments et veut exposer dans quel contexte ténébreux s’élaborent nos politiques relatives à la sécurité des aliments, alors que l’influence de la grande industrie s’exerce depuis beaucoup trop longtemps au détriment des consommateurs et de la sécurité.

Ce site est commandité par les inspecteurs/inspectrices des aliments du Canada et par le Syndicat Agriculture – AFPC, qui les représente.

Securitealimentaire.ca est un réseau de milliers de Canadiens qui s’inquiètent de la sécurité de nos aliments.

En cette époque de commerce mondialisé et dans la foulée de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé 22 décès et rendu malades des dizaines de personnes, Securitealimentaire.ca réclame des inspections plus fréquentes et plus strictes de la part du gouvernement, et un rôle moins important dévolu à l’industrie en matière de supervision de la salubrité des aliments.

Le réseau Sécuritéalimentaire.ca se mobilise en faveur d’une meilleure protection de la sécurité des aliments et veut exposer dans quel contexte ténébreux s’élaborent nos politiques relatives à la sécurité des aliments, alors que l’influence de la grande industrie s’exerce depuis beaucoup trop longtemps au détriment des consommateurs et de la sécurité.

Ce site est commandité par les inspecteurs/inspectrices des aliments du Canada et par le Syndicat Agriculture – AFPC, qui les représente.
L’organisme qui réglemente la salubrité des aliments au Canada – l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) – manque des ressources d’inspection nécessaire pour garantir que les transformateurs et les importateurs d’aliments obéissent aux règles qui protègent les Canadiens des aliments contaminés.

En réponse au déficit d’inspection, le gouvernement fédéral a confié à l’industrie davantage de responsabilités de surveillance de ses propres pratiques de salubrité, avec une supervision réduite de la part des inspecteurs gouvernementaux.

Toute l’industrie de la transformation alimentaire du Canada est aux prises avec ce déficit d’inspection, y compris les transformateurs de viande, de volaille, de poissons et d’œufs, de même que les importateurs d’aliments.

Les inspecteurs gouvernementaux passent aujourd’hui moins de temps à accomplir des inspections directes sur le terrain et plus de temps à éplucher des rapports et des résultats d’analyses produits par les compagnies elles-mêmes. Dans plusieurs cas, la charge de travail des inspecteurs est si lourde qu’ils sont incapables de vérifier si les compagnies obéissent aux règlements de salubrité.

Plusieurs croient que ces changements sont à l’origine de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé la mort de 22 personnes et en a rendus malades des dizaines d’autres, victimes de charcuteries Maple Leaf contaminées.

Même si le gouvernement fédéral a annoncé son intention de procéder à de nouveaux investissements dans la sécurité alimentaire et d’embaucher de nouveaux inspecteurs, le système d’inspection en général demeure cruellement et dangereusement en manque d’effectifs.

Sheila Weatherill a été nommée par le premier ministre Harper pour faire enquête sur ce qui a mené à l’éclosion de listériose qui a tué 22 personnes à l’été 2008, et pour recommander des façons d’éviter la répétition d’une telle tragédie.

Après quatre mois de recherche, Mme Weatherill a livré un rapport qui révélait nombre de faits importants mais ne réussissait pas à aller au fond de la question du déficit d’inspection.

La majorité des 57 recommandations de Mme Weatherill étaient adressées à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Nous effectuons un suivi pour vérifier dans quelle mesure l’ACIA et les autres organismes gouvernementaux donnent suite à ces recommandations. Vous pouvez accéder à ces rapports de suivi au moyen des liens suivants :

  • l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
  • le gouvernement fédéral
  • Santé Canada
  • l’Agence de la santé publique du Canada
  • l’industrie agroalimentaire

Bien que son rapport demeure incomplet, Mme Weatherill a révélé plusieurs faits importants :

Pendant les années qui ont précédé l’éclosion, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a manqué à son devoir d’effectuer des vérifications de salubrité obligatoires à l’usine de Maple Leaf qui a produit les charcuteries contaminées.

Un nouveau système d’inspection (le Système de vérification de la conformité ou SVC) qui a été mis en vigueur juste avant l’éclosion était déficient et « des améliorations essentielles doivent y être apportées sur le plan de la conception, de la planification et de la mise en oeuvre ».

Le SVC a « été mis en oeuvre sans que l’on ait préalablement procédé à une évaluation détaillée des ressources disponibles pour s’acquitter de ces nouvelles tâches »

On constatait déjà une pénurie d’inspecteurs avant l’éclosion. « Dans la période qui a précédé l’éclosion, le nombre, la capacité et la formation des inspecteurs affectés à l’usine de transformation des Aliments Maple Leaf du chemin Bartor (l’usine qui a produit les charcuteries contaminées), ceux-ci semblent avoir été stressés en raison des responsabilités qu’ils assumaient dans d’autres usines, de la complexité de l’usine du chemin Bartor, notamment sa taille et ses heures de fonctionnement, et des rajustements qu’exigeait la mise en œuvre du SVC. »

En bref, Mme Weatherhill a trouvé qu’il y avait trop peu d’inspecteurs pour couvrir un territoire trop vaste, et que ceux-ci sont empêtrés dans un nouveau système d’inspection qui n’a jamais fonctionné.

En dépit de ces constatations désastreuses, Mme Weatherill ne demande pas au gouvernement fédéral de remédier immédiatement au déficit d’inspection par de nouveaux investissements. En lieu de cela, elle recommande simplement que l’ACIA mène une évaluation de ses ressources « pour déterminer précisément les ressources d’inspection nécessaires et le nombre d’inspecteurs requis […] »

Chose incroyable, Mme Weatherill a été incapable de déterminer le nombre d’inspecteurs des viandes et de la sécurité des aliments à l’emploi de l’ACIA, même si elle a interrogé les responsables politiques et bureaucratiques les plus haut placés en matière de sécurité des aliments.

Dans sa réponse au rapport Weatherill, le syndicat des inspecteurs a soulevé la possibilité que l’ACIA et d’autres instances du gouvernement aient sciemment caché des informations ou mené Mme Weatherill sur de fausses pistes relativement au nombre des inspecteurs des viandes et des aliments à l’emploi de l’ACIA.

Mise à jour

Le gouvernement fédéral a fait une annonce importante relativement à la sécurité des aliments qui constitue une réponse directe à votre mobilisation et à celle de milliers de citoyens et citoyennes comme vous qui ont exprimé leur inquiétude face à la pénurie d’inspecteurs des aliments.

New Threat to Our Food Safety

What’s at risk with cuts being made to the Canadian Food Inspection Agency? PSAC Agriculture Union President Bob Kingston discusses.

View the Video

Latest Media Release:

Latest Briefing Note:

The House of Commons Standing Committee on Health seeks clarification from the CFIA after the Agriculture Union disputes assurances given to the Committee by an Agency spokesperson about the frequency of meat inspection in Northern Alberta

Research shows most CFIA programs are currently short staffed approximately 30%. A survey of frontline inspectors that was characterized by the CFIA witness as an “overstatement” found that more than half (55%) describe the current complement of inspection staff in their immediate work group as “inadequate to complete all tasks needed to ensure compliance with food safety requirements”.

Latest Web Post:

Food Safety in the News:

Meat importing countries raise inspection bar for Brazil

Rod Nickel and Tom Polansek - Reuters Canada WINNIPEG, Manitoba/CHICAGO (Reuters) - Meat-importing countries from North America to Europe and Asia have tightened inspection standards for shipments from Brazil in a bid to protect consumers, following a probe into...

Maple Leaf Foods recalls chicken products because of staph

Food Safety News Maple Leaf Foods is recalling an undisclosed amount of chicken strip and sandwich products under three brands because they maybe contaminated with toxin produced by Staphylococcus bacteria. Retailers in the provinces of Ontario and Quebec received the...

Media Requests:

We are network of Canadians speaking up for the safety of our food

Join Us

Securitealimentaire.ca est un réseau de milliers de Canadiens qui s’inquiètent de la sécurité de nos aliments.

En cette époque de commerce mondialisé et dans la foulée de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé 22 décès et rendu malades des dizaines de personnes, Securitealimentaire.ca réclame des inspections plus fréquentes et plus strictes de la part du gouvernement, et un rôle moins important dévolu à l’industrie en matière de supervision de la salubrité des aliments.

Le réseau Sécuritéalimentaire.ca se mobilise en faveur d’une meilleure protection de la sécurité des aliments et veut exposer dans quel contexte ténébreux s’élaborent nos politiques relatives à la sécurité des aliments, alors que l’influence de la grande industrie s’exerce depuis beaucoup trop longtemps au détriment des consommateurs et de la sécurité.

Ce site est commandité par les inspecteurs/inspectrices des aliments du Canada et par le Syndicat Agriculture – AFPC, qui les représente.

Securitealimentaire.ca est un réseau de milliers de Canadiens qui s’inquiètent de la sécurité de nos aliments.

En cette époque de commerce mondialisé et dans la foulée de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé 22 décès et rendu malades des dizaines de personnes, Securitealimentaire.ca réclame des inspections plus fréquentes et plus strictes de la part du gouvernement, et un rôle moins important dévolu à l’industrie en matière de supervision de la salubrité des aliments.

Le réseau Sécuritéalimentaire.ca se mobilise en faveur d’une meilleure protection de la sécurité des aliments et veut exposer dans quel contexte ténébreux s’élaborent nos politiques relatives à la sécurité des aliments, alors que l’influence de la grande industrie s’exerce depuis beaucoup trop longtemps au détriment des consommateurs et de la sécurité.

Ce site est commandité par les inspecteurs/inspectrices des aliments du Canada et par le Syndicat Agriculture – AFPC, qui les représente.
L’organisme qui réglemente la salubrité des aliments au Canada – l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) – manque des ressources d’inspection nécessaire pour garantir que les transformateurs et les importateurs d’aliments obéissent aux règles qui protègent les Canadiens des aliments contaminés.

En réponse au déficit d’inspection, le gouvernement fédéral a confié à l’industrie davantage de responsabilités de surveillance de ses propres pratiques de salubrité, avec une supervision réduite de la part des inspecteurs gouvernementaux.

Toute l’industrie de la transformation alimentaire du Canada est aux prises avec ce déficit d’inspection, y compris les transformateurs de viande, de volaille, de poissons et d’œufs, de même que les importateurs d’aliments.

Les inspecteurs gouvernementaux passent aujourd’hui moins de temps à accomplir des inspections directes sur le terrain et plus de temps à éplucher des rapports et des résultats d’analyses produits par les compagnies elles-mêmes. Dans plusieurs cas, la charge de travail des inspecteurs est si lourde qu’ils sont incapables de vérifier si les compagnies obéissent aux règlements de salubrité.

Plusieurs croient que ces changements sont à l’origine de la tragédie de la Maple Leaf qui a causé la mort de 22 personnes et en a rendus malades des dizaines d’autres, victimes de charcuteries Maple Leaf contaminées.

Même si le gouvernement fédéral a annoncé son intention de procéder à de nouveaux investissements dans la sécurité alimentaire et d’embaucher de nouveaux inspecteurs, le système d’inspection en général demeure cruellement et dangereusement en manque d’effectifs.

Sheila Weatherill a été nommée par le premier ministre Harper pour faire enquête sur ce qui a mené à l’éclosion de listériose qui a tué 22 personnes à l’été 2008, et pour recommander des façons d’éviter la répétition d’une telle tragédie.

Après quatre mois de recherche, Mme Weatherill a livré un rapport qui révélait nombre de faits importants mais ne réussissait pas à aller au fond de la question du déficit d’inspection.

La majorité des 57 recommandations de Mme Weatherill étaient adressées à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Nous effectuons un suivi pour vérifier dans quelle mesure l’ACIA et les autres organismes gouvernementaux donnent suite à ces recommandations. Vous pouvez accéder à ces rapports de suivi au moyen des liens suivants :

  • l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
  • le gouvernement fédéral
  • Santé Canada
  • l’Agence de la santé publique du Canada
  • l’industrie agroalimentaire

Bien que son rapport demeure incomplet, Mme Weatherill a révélé plusieurs faits importants :

Pendant les années qui ont précédé l’éclosion, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a manqué à son devoir d’effectuer des vérifications de salubrité obligatoires à l’usine de Maple Leaf qui a produit les charcuteries contaminées.

Un nouveau système d’inspection (le Système de vérification de la conformité ou SVC) qui a été mis en vigueur juste avant l’éclosion était déficient et « des améliorations essentielles doivent y être apportées sur le plan de la conception, de la planification et de la mise en oeuvre ».

Le SVC a « été mis en oeuvre sans que l’on ait préalablement procédé à une évaluation détaillée des ressources disponibles pour s’acquitter de ces nouvelles tâches »

On constatait déjà une pénurie d’inspecteurs avant l’éclosion. « Dans la période qui a précédé l’éclosion, le nombre, la capacité et la formation des inspecteurs affectés à l’usine de transformation des Aliments Maple Leaf du chemin Bartor (l’usine qui a produit les charcuteries contaminées), ceux-ci semblent avoir été stressés en raison des responsabilités qu’ils assumaient dans d’autres usines, de la complexité de l’usine du chemin Bartor, notamment sa taille et ses heures de fonctionnement, et des rajustements qu’exigeait la mise en œuvre du SVC. »

En bref, Mme Weatherhill a trouvé qu’il y avait trop peu d’inspecteurs pour couvrir un territoire trop vaste, et que ceux-ci sont empêtrés dans un nouveau système d’inspection qui n’a jamais fonctionné.

En dépit de ces constatations désastreuses, Mme Weatherill ne demande pas au gouvernement fédéral de remédier immédiatement au déficit d’inspection par de nouveaux investissements. En lieu de cela, elle recommande simplement que l’ACIA mène une évaluation de ses ressources « pour déterminer précisément les ressources d’inspection nécessaires et le nombre d’inspecteurs requis […] »

Chose incroyable, Mme Weatherill a été incapable de déterminer le nombre d’inspecteurs des viandes et de la sécurité des aliments à l’emploi de l’ACIA, même si elle a interrogé les responsables politiques et bureaucratiques les plus haut placés en matière de sécurité des aliments.

Dans sa réponse au rapport Weatherill, le syndicat des inspecteurs a soulevé la possibilité que l’ACIA et d’autres instances du gouvernement aient sciemment caché des informations ou mené Mme Weatherill sur de fausses pistes relativement au nombre des inspecteurs des viandes et des aliments à l’emploi de l’ACIA.

Mise à jour

Le gouvernement fédéral a fait une annonce importante relativement à la sécurité des aliments qui constitue une réponse directe à votre mobilisation et à celle de milliers de citoyens et citoyennes comme vous qui ont exprimé leur inquiétude face à la pénurie d’inspecteurs des aliments.
Sheila Weatherill a été nommée par le premier ministre Harper pour faire enquête sur ce qui a mené à l’éclosion de listériose qui a tué 22 personnes à l’été 2008, et pour recommander des façons d’éviter la répétition d’une telle tragédie.

Après quatre mois de recherche, Mme Weatherill a livré un rapport qui révélait nombre de faits importants mais ne réussissait pas à aller au fond de la question du déficit d’inspection.

La majorité des 57 recommandations de Mme Weatherill étaient adressées à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Nous effectuons un suivi pour vérifier dans quelle mesure l’ACIA et les autres organismes gouvernementaux donnent suite à ces recommandations. Vous pouvez accéder à ces rapports de suivi au moyen des liens suivants :

  • l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
  • le gouvernement fédéral
  • Santé Canada
  • l’Agence de la santé publique du Canada
  • l’industrie agroalimentaire

Bien que son rapport demeure incomplet, Mme Weatherill a révélé plusieurs faits importants :

Pendant les années qui ont précédé l’éclosion, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a manqué à son devoir d’effectuer des vérifications de salubrité obligatoires à l’usine de Maple Leaf qui a produit les charcuteries contaminées.

Un nouveau système d’inspection (le Système de vérification de la conformité ou SVC) qui a été mis en vigueur juste avant l’éclosion était déficient et « des améliorations essentielles doivent y être apportées sur le plan de la conception, de la planification et de la mise en oeuvre ».

Le SVC a « été mis en oeuvre sans que l’on ait préalablement procédé à une évaluation détaillée des ressources disponibles pour s’acquitter de ces nouvelles tâches »

On constatait déjà une pénurie d’inspecteurs avant l’éclosion. « Dans la période qui a précédé l’éclosion, le nombre, la capacité et la formation des inspecteurs affectés à l’usine de transformation des Aliments Maple Leaf du chemin Bartor (l’usine qui a produit les charcuteries contaminées), ceux-ci semblent avoir été stressés en raison des responsabilités qu’ils assumaient dans d’autres usines, de la complexité de l’usine du chemin Bartor, notamment sa taille et ses heures de fonctionnement, et des rajustements qu’exigeait la mise en œuvre du SVC. »

En bref, Mme Weatherhill a trouvé qu’il y avait trop peu d’inspecteurs pour couvrir un territoire trop vaste, et que ceux-ci sont empêtrés dans un nouveau système d’inspection qui n’a jamais fonctionné.

En dépit de ces constatations désastreuses, Mme Weatherill ne demande pas au gouvernement fédéral de remédier immédiatement au déficit d’inspection par de nouveaux investissements. En lieu de cela, elle recommande simplement que l’ACIA mène une évaluation de ses ressources « pour déterminer précisément les ressources d’inspection nécessaires et le nombre d’inspecteurs requis […] »

Chose incroyable, Mme Weatherill a été incapable de déterminer le nombre d’inspecteurs des viandes et de la sécurité des aliments à l’emploi de l’ACIA, même si elle a interrogé les responsables politiques et bureaucratiques les plus haut placés en matière de sécurité des aliments.

Dans sa réponse au rapport Weatherill, le syndicat des inspecteurs a soulevé la possibilité que l’ACIA et d’autres instances du gouvernement aient sciemment caché des informations ou mené Mme Weatherill sur de fausses pistes relativement au nombre des inspecteurs des viandes et des aliments à l’emploi de l’ACIA.

Mise à jour

Le gouvernement fédéral a fait une annonce importante relativement à la sécurité des aliments qui constitue une réponse directe à votre mobilisation et à celle de milliers de citoyens et citoyennes comme vous qui ont exprimé leur inquiétude face à la pénurie d’inspecteurs des aliments.

d minusle gouvernement fédéral reçoit une note d’échec en matière d’inspection et de mise en vigueur de la salubrité des aliments

Le 21 juillet 2009, Sheila Weatherill a publié les résultats de son enquête sur l’éclosion de listériose aux Aliments Maple Leaf, qui a causé la mort de 22 personnes et en a rendu gravement malades des dizaines d’autres.

Près de la moitié des recommandations de Mme Weatherill (23 sur 57) visant à prévenir une nouvelle éclosion s’adressaient à l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Avec son mandat d’inspection des pratiques de salubrité et de mise en vigueur des exigences relatives à la sécurité des aliments, beaucoup de gens ont considéré que l’ACIA avait failli à sa tâche de protéger les consommateurs canadiens. Mme Weatherill a bien étayé les faits sur lesquels s’appuie son rapport.

FAIT TPendant les années qui ont précédé l’éclosion, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a manqué à son devoir d’effectuer des vérifications de salubrité obligatoires à l’usine
de Maple Leaf qui a produit les charcuteries contaminées.
FAIT Un nouveau système d’inspection (le Système de vérification de la conformité ou SVC) qui a été mis en vigueur juste avant l’éclosion était déficient et « des améliorations essentielles doivent y être
apportées sur le plan de la conception, de la planification et de la mise en oeuvre.
FAIT Le SVC a « été mis en oeuvre sans que l’on ait préalablement procédé à une évaluation détaillée
des ressources disponibles pour s’acquitter de ces nouvelles tâches. »
FAIT On constatait déjà une pénurie d’inspecteurs avant l’éclosion. « Dans la période qui a précédé l’éclosion, le nombre, la capacité et la formation des inspecteurs affectés à l’usine de transformation des Aliments Maple Leaf du chemin Bartor semblent avoir été stressés en raison des responsabilités que ceux-ci assumaient dans d’autres usines, de la complexité de l’usine du chemin Bartor, notamment sa taille et ses heures de fonctionnement, et des rajustements qu’exigeait la mise en œuvre du SVC. »

En bref, Mme Weatherhil a trouvé qu’il y avait trop peu d’inspecteurs pour couvrir un territoire trop vaste et que ceux-ci sont empêtrés dans un nouveau système d’inspection qui n’a jamais fonctionné correctement.

Six mois après le rapport Weatherill et près de 18 mois après l¹éclosion, on constate peu de progrès visibles. Presque rien n¹a été fait pour corriger et fournir une dotation en personnel suffisante au système d¹inspection pour garantir la salubrité de ce que nous mangeons. Nous sommes toujours en pénurie d’inspecteurs et ce n’est qu’une question de temps avant que ne survienne une nouvelle éclosion.

Le gouvernement fédéral a obtenu une note d’échec sur l’inspection de la sécurité des aliments et la mise en vigueur de sa règlementation. D-

Inspection et de mise en vigueur de la salubrité des aliments

Theme Recommandation Situation Note
Ressources 7. Pour déterminer précisément les ressources d’inspection nécessaires et le nombre d’inspecteurs requis, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit retenir les services d’experts externes qui effectueront une vérification des
ressources. Les experts doivent également recommander
les changements et les stratégies de mise en oeuvre
nécessaires. La vérification doit comprendre une analyse portant sur le nombre d’usines dont un inspecteur doit être respon-sable ainsi qu’une analyse du bien fondé de faire
une rotation des inspecteurs.
On n’a pas commencé de vérification indépendante des ressources; les inspecteurs continuent d’affronter une charge de travail impossible. Échec
Ressources 8. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit s’assurer que les inspecteurs reçoivent, dans des délais
raisonnables, des cours et des formations pour chacune des fonctions qu’ils exécutent. Ces cours doivent être fondés sur une évaluation de la formation supplémentaire nécessaire pour combler les lacunes dans les connaissances et les capacités du personnel d’inspection. Les inspecteurs doivent participer régulièrement à un programme obligatoire sur les tendances actuelles en science et en technologie dans le domaine de la transformation des aliments,
programme qui engloberait les méthodes de conformité
et de vérification.
Aucune nouvelle initiative de formation n’a été entreprise depuis le dépôt du rapport Weatherill. Échec
Ressources 9. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit fournir à ses inspecteurs des outils technologiques modernes (p. Ex. un bloc note électronique) de manière
à accroître leur efficience.
La technologie disponible pour les inspecteurs n’a pas changé. La majorité des inspecteurs ne comptent que sur des technologies de communications qui datent du siècle dernier; certains inspecteurs n’ont ni téléphone portable ni ordinateur; plusieurs n’ont pas d’accès
à l’Internet haute vitesse.
Échec
Ressources 10.L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit modifier son système d’inspection des viandes (SVC) afin :

a. d’avoir les ressources humaines appropriées pour
satisfaire aux exigences de la charge de travail;
b. d’offrir une formation complète à partir des compétences et des capacités requises; d’offrir, dans des délais raisonnables, une formation continue;
c. de superviser le personnel d’inspection qui serait
structuré de façon à encourager l’esprit d’entreprise
et la responsabilisation.
Le système de vérification de la conformité n’a toujours pas fait l’objet d’une évaluation et ne reçoit pas les ressources nécessaires. Échec
Ressources 51. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit veiller à ce que des ressources particulières soient affectées au Bureau de la salubrité et des rappels des aliments pour lui permettre d’exécuter toutes les activités de l’Agence relatives aux rappels. Le Bureau de la salubrité et des rappels des aliments doit être désigné auprès de Santé Canada comme le point de contact principal à
l’ACIA lors des crises alimentaires.
On n’a confié aucun
nouveau budget au Bureau de la salubrité et des rappels des aliments.
Échec
Processus d’inspection 15. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit renforcir ses mesures de lutte contre la bactérie Listeria de février 2009, telles que décrites dans le Manuel des méthodes, parallèlement et conformément aux révisions proposées à la Politique sur la Listeriade Santé Canada, afin de mettre l’accent sur des mesures de contrôle de la bactérie dans les produits prêts-à-manger, en plus des analyses d’environnement et des produits. Il faudra donc :

a.s’assurer que toutes les analyses requises représen-tent une étape de vérification permettant de mesurer l’efficacité du programme de lutte contre la Listeria de l’entreprise, et non un programme de lutte en soi;
b.établir une distinction entre les exigences relatives
aux analyses pour tenir compte des risques associés
à chaque produit (c.-à-d. plus d’analyses pour les produits à risque élevé et moins pour ceux qui
présentent de faibles risques);
c. exiger l’analyse des surfaces de l’aire de transformation qui ne sont pas en contact avec des aliments;
d. établir des exigences de contrôle des produits (retenue et analyse) par suite de résultats positifs aux tests de dépistage de la Listeriasur des surfaces en contact avec des aliments, en procédant comme suit :

i. plusieurs analyses de dépistage de la Listeria sur les surfaces en contact avec des aliments doivent être réalisées sans délai dans et autour de la zone où la présence de la bactérie a été détectée afin de déterminer :

  • si la contamination persiste,
  • si des résultats positifs précédents ont déjà mené à l’application de procédures d’hygiène normalisées;

ii. si les analyses de suivi sont positives, il faut alors faire le dépistage de la Listeria monocytogenes dans les produits provenant de la chaîne de production visée. Durant cette phase de dépistage, tous les produits fabriqués sur cette chaîne durant cette journée (entre deux quarts de procédures d’hygiène) doivent être écartés du marché jusqu’à ce que les résultats soient connus;

e.préciser davantage les attentes de l’analyse des tendances pour cerner les lacunes des programmes de lutte de l’entreprise (y compris de son plan HACCP),
en déterminant si un profil de contamination se dessine.

Cette recommandation a été mise en vigueur avant le rapport Weatherill. Mais sans autres ressources supplémentaires, d’autres aspects de l’inspection des aliments ont souffert B pour l’ACIAÉchec
pour
le gou-
verne-
ment
Processus d’inspection 16. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit revoir ses programmes de surveillance (les plans M-200
et M-205) en adaptant les fréquences d’échantillonnage de chaque usine selon l’historique de conformité, les risques associés à chaque produit et les marchés visés (c.-à-d. une fréquence plus élevée dans certaines usines, et
moins élevée dans d’autres).
La surveillance continue de s’exercer selon une fréquence unique; aucun changement depuis le
rapport.
Échec
Processus d’inspection 17. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit revoir et mettre à jour les programmes, règlements et directives actuels sur la salubrité des aliments afin de mieux tenir compte des pratiques courantes en cette matière. Les programmes, les règlements et les directives demeurent inchangés depuis le rapport. Échec
Processus d’inspection 18. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit mettre à jour son Manuel du programme d’amélioration de la salubrité des aliments pour obliger les usines de transformation des aliments à inclure toutes les procédures normalisées d’exploitation et les bonnes pratiques de
fabrication dans leur plan de salubrité des aliments.
Aucune initiative depuis le rapport; aucun transformateur n’a eu à soumettre à nouveau ses plans HACCP. Échec
Processus d’inspection 19. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit s’assurer de mettre à jour le Manuel de mesures de l’hygiène des viandes dès qu’un changement important
est apporté aux pratiques imposées à l’industrie
On a entrepris la révision
du Manuel de mesures
de l’hygiène des viandes
.
C-
Processus d’inspection 48. Afin d’assurer la mise en oeuvre de pratiques d’application de la loi opportunes et uniformes sur l’ensemble du territoire, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit examiner l’interprétation et l’application de ses lois et de leurs règlements connexes. Pas d’action visible. Échec
Communi-
cations
20. L’agence canadienne d’inspection des aliments doit annoncer officiellement qu’elle s’attend à ce que les usines agréées de transformation de la viande présentent, en temps opportun, à leur inspecteur attitré toute l’information susceptible d’avoir des conséquences sur la salubrité des aliments. Un mémo a été envoyé
à l’industrie.
C
Communi-
cations
26. À la suite de morts humaines ou de maladies graves, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit
divulguer rapidement les résultats de son enquête à l’usine de transformation des aliments concernée, et communiquer au public et aux partenaires de la salubrité des
aliments les mesures correctives qui ont été prises.
Sans objet (Dieu merci!).
Communi-
cations
31. L’Agence canadienne d’inspection des aliments devrait créer un protocole officiel qui garantira qu’une information en temps opportun et cohérente est fournie aux employés des organismes de santé publique provinciaux/territoriaux ou locaux lorsqu’elle leur demande de contribuer à la
réalisation des vérifications de post-rappel.
Pas de changement depuis le rapport. Échec
Inspection Process 32. Pour diffuser de l’information concernant le rappel d’un produit donné à l’industrie de la distribution, y compris aux épiciers, l’Agence canadienne d’inspection des aliments devrait recourir à un formulaire normalisé (comme suggéré par le Conseil canadien des distributeurs en alimentation). Pas de changement. Échec
Inspection Process 38. L’Agence canadienne d’inspection des aliments et l’Agence de la santé publique du Canada doivent renforcer leur profil public pour que la population connaisse
davantage leur mandat.
Pas de nouvelle initiative de relations publiques depuis
le rapport Weatherill.
Échec
Inspection Process 47. En tant qu’organisme de réglementation, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit mettre au point une stratégie de consultation officielle et transparente qui vise à définir son engagement nécessaire auprès des
parties intéressées.
Il n’existe pas pour l’instant de processus de consultation transparente et officielle. Pour l’instant, la consultation se fait derrière des portes closes, ce qui ferme la porte à l’intérêt public. Échec
Gouver-
nance
44.Dès que possible, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, appuyée par des spécialistes indépendants, doit entamer un examen exhaustif de :

a. Sa structure organisationnelle;
b. Sa délégation de pouvoirs et la hiérarchie de ses
responsabilités au sein de l’Agence;
c. Son processus décisionnel.
Cette tâche a été confiée au sous-ministre de l’Agriculture dont l’indépendance a été
remise en question.
C-
Gouver
nance
49. Les trois principaux domaines d’activité de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (salubrité des
aliments, santé des animaux et santé des végétaux) doivent bénéficier de l’aide de comités consultatifs de
spécialistes permanents qui orienteront leur évolution.
Ce changement pourrait exiger des amendements à la Loi sur l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Aucun amendement n’a été présenté au Parlement. Échec
Gouver-
nance
50. Le Bureau de la salubrité et des rappels des aliments doit se rapporter directement au Bureau de la présidente de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Même s’il y a eu des changements dans la structure de responsabilité, le Bureau de la salubrité et des rappels des aliments ne se rapporte pas au bureau de la présidente de l’ACIA. D
Les rappels 29. Santé Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments et l’Agence de la santé publique du Canada devraient examiner, mettre à jour et publier les critères de déclenchement d’un rappel d’aliments pour s’assurer que le poids de la preuve tient compte de renseignements épidémiologiques, y compris des maladies et des morts suspectes, de la distribution géographique et des résultats d’analyse d’échantillons d’aliments, que les emballages aient été ouverts ou non. L’ACIA a complété une évaluation du Système de rappels d’aliments et des mesures d’urgence avant le rapport Weatherill, un processus amorcé il y a presque
cinq ans.
D
Les rappels 30. L’Agence canadienne d’inspection des aliments devrait encourager les transformateurs de viande agréés par le fédéral à dépasser l’exigence minimale actuelle concernant l’accès aux dossiers de distribution de leurs produits et prévoir l’accès électronique à des documents non exclusifs et déverrouillés afin de faciliter d’éventuels rappels
de produits.
Aucune action. Échec

d minusle gouvernement fédéral reçoit une note d’échec en matière d’inspection et de mise en vigueur de la salubrité des aliments

Le 21 juillet 2009, Sheila Weatherill a publié les résultats de son enquête sur l’éclosion de listériose aux Aliments Maple Leaf, qui a causé la mort de 22 personnes et en a rendu gravement malades des dizaines d’autres.

Près de la moitié des recommandations de Mme Weatherill (23 sur 57) visant à prévenir une nouvelle éclosion s’adressaient à l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Avec son mandat d’inspection des pratiques de salubrité et de mise en vigueur des exigences relatives à la sécurité des aliments, beaucoup de gens ont considéré que l’ACIA avait failli à sa tâche de protéger les consommateurs canadiens. Mme Weatherill a bien étayé les faits sur lesquels s’appuie son rapport.

FAIT TPendant les années qui ont précédé l’éclosion, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a manqué à son devoir d’effectuer des vérifications de salubrité obligatoires à l’usine
de Maple Leaf qui a produit les charcuteries contaminées.
FAIT Un nouveau système d’inspection (le Système de vérification de la conformité ou SVC) qui a été mis en vigueur juste avant l’éclosion était déficient et « des améliorations essentielles doivent y être
apportées sur le plan de la conception, de la planification et de la mise en oeuvre.
FAIT Le SVC a « été mis en oeuvre sans que l’on ait préalablement procédé à une évaluation détaillée
des ressources disponibles pour s’acquitter de ces nouvelles tâches. »
FAIT On constatait déjà une pénurie d’inspecteurs avant l’éclosion. « Dans la période qui a précédé l’éclosion, le nombre, la capacité et la formation des inspecteurs affectés à l’usine de transformation des Aliments Maple Leaf du chemin Bartor semblent avoir été stressés en raison des responsabilités que ceux-ci assumaient dans d’autres usines, de la complexité de l’usine du chemin Bartor, notamment sa taille et ses heures de fonctionnement, et des rajustements qu’exigeait la mise en œuvre du SVC. »

En bref, Mme Weatherhil a trouvé qu’il y avait trop peu d’inspecteurs pour couvrir un territoire trop vaste et que ceux-ci sont empêtrés dans un nouveau système d’inspection qui n’a jamais fonctionné correctement.

Six mois après le rapport Weatherill et près de 18 mois après l¹éclosion, on constate peu de progrès visibles. Presque rien n¹a été fait pour corriger et fournir une dotation en personnel suffisante au système d¹inspection pour garantir la salubrité de ce que nous mangeons. Nous sommes toujours en pénurie d’inspecteurs et ce n’est qu’une question de temps avant que ne survienne une nouvelle éclosion.

Le gouvernement fédéral a obtenu une note d’échec sur l’inspection de la sécurité des aliments et la mise en vigueur de sa règlementation. D-

Inspection et de mise en vigueur de la salubrité des aliments

Theme Recommandation Situation Note
Ressources 7. Pour déterminer précisément les ressources d’inspection nécessaires et le nombre d’inspecteurs requis, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit retenir les services d’experts externes qui effectueront une vérification des
ressources. Les experts doivent également recommander
les changements et les stratégies de mise en oeuvre
nécessaires. La vérification doit comprendre une analyse portant sur le nombre d’usines dont un inspecteur doit être respon-sable ainsi qu’une analyse du bien fondé de faire
une rotation des inspecteurs.
On n’a pas commencé de vérification indépendante des ressources; les inspecteurs continuent d’affronter une charge de travail impossible. Échec
Ressources 8. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit s’assurer que les inspecteurs reçoivent, dans des délais
raisonnables, des cours et des formations pour chacune des fonctions qu’ils exécutent. Ces cours doivent être fondés sur une évaluation de la formation supplémentaire nécessaire pour combler les lacunes dans les connaissances et les capacités du personnel d’inspection. Les inspecteurs doivent participer régulièrement à un programme obligatoire sur les tendances actuelles en science et en technologie dans le domaine de la transformation des aliments,
programme qui engloberait les méthodes de conformité
et de vérification.
Aucune nouvelle initiative de formation n’a été entreprise depuis le dépôt du rapport Weatherill. Échec
Ressources 9. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit fournir à ses inspecteurs des outils technologiques modernes (p. Ex. un bloc note électronique) de manière
à accroître leur efficience.
La technologie disponible pour les inspecteurs n’a pas changé. La majorité des inspecteurs ne comptent que sur des technologies de communications qui datent du siècle dernier; certains inspecteurs n’ont ni téléphone portable ni ordinateur; plusieurs n’ont pas d’accès
à l’Internet haute vitesse.
Échec
Ressources 10.L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit modifier son système d’inspection des viandes (SVC) afin :

a. d’avoir les ressources humaines appropriées pour
satisfaire aux exigences de la charge de travail;
b. d’offrir une formation complète à partir des compétences et des capacités requises; d’offrir, dans des délais raisonnables, une formation continue;
c. de superviser le personnel d’inspection qui serait
structuré de façon à encourager l’esprit d’entreprise
et la responsabilisation.
Le système de vérification de la conformité n’a toujours pas fait l’objet d’une évaluation et ne reçoit pas les ressources nécessaires. Échec
Ressources 51. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit veiller à ce que des ressources particulières soient affectées au Bureau de la salubrité et des rappels des aliments pour lui permettre d’exécuter toutes les activités de l’Agence relatives aux rappels. Le Bureau de la salubrité et des rappels des aliments doit être désigné auprès de Santé Canada comme le point de contact principal à
l’ACIA lors des crises alimentaires.
On n’a confié aucun
nouveau budget au Bureau de la salubrité et des rappels des aliments.
Échec
Processus d’inspection 15. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit renforcir ses mesures de lutte contre la bactérie Listeria de février 2009, telles que décrites dans le Manuel des méthodes, parallèlement et conformément aux révisions proposées à la Politique sur la Listeriade Santé Canada, afin de mettre l’accent sur des mesures de contrôle de la bactérie dans les produits prêts-à-manger, en plus des analyses d’environnement et des produits. Il faudra donc :

a.s’assurer que toutes les analyses requises représen-tent une étape de vérification permettant de mesurer l’efficacité du programme de lutte contre la Listeria de l’entreprise, et non un programme de lutte en soi;
b.établir une distinction entre les exigences relatives
aux analyses pour tenir compte des risques associés
à chaque produit (c.-à-d. plus d’analyses pour les produits à risque élevé et moins pour ceux qui
présentent de faibles risques);
c. exiger l’analyse des surfaces de l’aire de transformation qui ne sont pas en contact avec des aliments;
d. établir des exigences de contrôle des produits (retenue et analyse) par suite de résultats positifs aux tests de dépistage de la Listeriasur des surfaces en contact avec des aliments, en procédant comme suit :

i. plusieurs analyses de dépistage de la Listeria sur les surfaces en contact avec des aliments doivent être réalisées sans délai dans et autour de la zone où la présence de la bactérie a été détectée afin de déterminer :

  • si la contamination persiste,
  • si des résultats positifs précédents ont déjà mené à l’application de procédures d’hygiène normalisées;

ii. si les analyses de suivi sont positives, il faut alors faire le dépistage de la Listeria monocytogenes dans les produits provenant de la chaîne de production visée. Durant cette phase de dépistage, tous les produits fabriqués sur cette chaîne durant cette journée (entre deux quarts de procédures d’hygiène) doivent être écartés du marché jusqu’à ce que les résultats soient connus;

e.préciser davantage les attentes de l’analyse des tendances pour cerner les lacunes des programmes de lutte de l’entreprise (y compris de son plan HACCP),
en déterminant si un profil de contamination se dessine.

Cette recommandation a été mise en vigueur avant le rapport Weatherill. Mais sans autres ressources supplémentaires, d’autres aspects de l’inspection des aliments ont souffert B pour l’ACIAÉchec
pour
le gou-
verne-
ment
Processus d’inspection 16. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit revoir ses programmes de surveillance (les plans M-200
et M-205) en adaptant les fréquences d’échantillonnage de chaque usine selon l’historique de conformité, les risques associés à chaque produit et les marchés visés (c.-à-d. une fréquence plus élevée dans certaines usines, et
moins élevée dans d’autres).
La surveillance continue de s’exercer selon une fréquence unique; aucun changement depuis le
rapport.
Échec
Processus d’inspection 17. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit revoir et mettre à jour les programmes, règlements et directives actuels sur la salubrité des aliments afin de mieux tenir compte des pratiques courantes en cette matière. Les programmes, les règlements et les directives demeurent inchangés depuis le rapport. Échec
Processus d’inspection 18. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit mettre à jour son Manuel du programme d’amélioration de la salubrité des aliments pour obliger les usines de transformation des aliments à inclure toutes les procédures normalisées d’exploitation et les bonnes pratiques de
fabrication dans leur plan de salubrité des aliments.
Aucune initiative depuis le rapport; aucun transformateur n’a eu à soumettre à nouveau ses plans HACCP. Échec
Processus d’inspection 19. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit s’assurer de mettre à jour le Manuel de mesures de l’hygiène des viandes dès qu’un changement important
est apporté aux pratiques imposées à l’industrie
On a entrepris la révision
du Manuel de mesures
de l’hygiène des viandes
.
C-
Processus d’inspection 48. Afin d’assurer la mise en oeuvre de pratiques d’application de la loi opportunes et uniformes sur l’ensemble du territoire, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit examiner l’interprétation et l’application de ses lois et de leurs règlements connexes. Pas d’action visible. Échec
Communi-
cations
20. L’agence canadienne d’inspection des aliments doit annoncer officiellement qu’elle s’attend à ce que les usines agréées de transformation de la viande présentent, en temps opportun, à leur inspecteur attitré toute l’information susceptible d’avoir des conséquences sur la salubrité des aliments. Un mémo a été envoyé
à l’industrie.
C
Communi-
cations
26. À la suite de morts humaines ou de maladies graves, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit
divulguer rapidement les résultats de son enquête à l’usine de transformation des aliments concernée, et communiquer au public et aux partenaires de la salubrité des
aliments les mesures correctives qui ont été prises.
Sans objet (Dieu merci!).
Communi-
cations
31. L’Agence canadienne d’inspection des aliments devrait créer un protocole officiel qui garantira qu’une information en temps opportun et cohérente est fournie aux employés des organismes de santé publique provinciaux/territoriaux ou locaux lorsqu’elle leur demande de contribuer à la
réalisation des vérifications de post-rappel.
Pas de changement depuis le rapport. Échec
Inspection Process 32. Pour diffuser de l’information concernant le rappel d’un produit donné à l’industrie de la distribution, y compris aux épiciers, l’Agence canadienne d’inspection des aliments devrait recourir à un formulaire normalisé (comme suggéré par le Conseil canadien des distributeurs en alimentation). Pas de changement. Échec
Inspection Process 38. L’Agence canadienne d’inspection des aliments et l’Agence de la santé publique du Canada doivent renforcer leur profil public pour que la population connaisse
davantage leur mandat.
Pas de nouvelle initiative de relations publiques depuis
le rapport Weatherill.
Échec
Inspection Process 47. En tant qu’organisme de réglementation, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit mettre au point une stratégie de consultation officielle et transparente qui vise à définir son engagement nécessaire auprès des
parties intéressées.
Il n’existe pas pour l’instant de processus de consultation transparente et officielle. Pour l’instant, la consultation se fait derrière des portes closes, ce qui ferme la porte à l’intérêt public. Échec
Gouver-
nance
44.Dès que possible, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, appuyée par des spécialistes indépendants, doit entamer un examen exhaustif de :

a. Sa structure organisationnelle;
b. Sa délégation de pouvoirs et la hiérarchie de ses
responsabilités au sein de l’Agence;
c. Son processus décisionnel.
Cette tâche a été confiée au sous-ministre de l’Agriculture dont l’indépendance a été
remise en question.
C-
Gouver
nance
49. Les trois principaux domaines d’activité de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (salubrité des
aliments, santé des animaux et santé des végétaux) doivent bénéficier de l’aide de comités consultatifs de
spécialistes permanents qui orienteront leur évolution.
Ce changement pourrait exiger des amendements à la Loi sur l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Aucun amendement n’a été présenté au Parlement. Échec
Gouver-
nance
50. Le Bureau de la salubrité et des rappels des aliments doit se rapporter directement au Bureau de la présidente de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Même s’il y a eu des changements dans la structure de responsabilité, le Bureau de la salubrité et des rappels des aliments ne se rapporte pas au bureau de la présidente de l’ACIA. D
Les rappels 29. Santé Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments et l’Agence de la santé publique du Canada devraient examiner, mettre à jour et publier les critères de déclenchement d’un rappel d’aliments pour s’assurer que le poids de la preuve tient compte de renseignements épidémiologiques, y compris des maladies et des morts suspectes, de la distribution géographique et des résultats d’analyse d’échantillons d’aliments, que les emballages aient été ouverts ou non. L’ACIA a complété une évaluation du Système de rappels d’aliments et des mesures d’urgence avant le rapport Weatherill, un processus amorcé il y a presque
cinq ans.
D
Les rappels 30. L’Agence canadienne d’inspection des aliments devrait encourager les transformateurs de viande agréés par le fédéral à dépasser l’exigence minimale actuelle concernant l’accès aux dossiers de distribution de leurs produits et prévoir l’accès électronique à des documents non exclusifs et déverrouillés afin de faciliter d’éventuels rappels
de produits.
Aucune action. Échec

d minusle gouvernement fédéral reçoit une note d’échec en matière d’inspection et de mise en vigueur de la salubrité des aliments

Le 21 juillet 2009, Sheila Weatherill a publié les résultats de son enquête sur l’éclosion de listériose aux Aliments Maple Leaf, qui a causé la mort de 22 personnes et en a rendu gravement malades des dizaines d’autres.

Près de la moitié des recommandations de Mme Weatherill (23 sur 57) visant à prévenir une nouvelle éclosion s’adressaient à l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Avec son mandat d’inspection des pratiques de salubrité et de mise en vigueur des exigences relatives à la sécurité des aliments, beaucoup de gens ont considéré que l’ACIA avait failli à sa tâche de protéger les consommateurs canadiens. Mme Weatherill a bien étayé les faits sur lesquels s’appuie son rapport.

FAIT TPendant les années qui ont précédé l’éclosion, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a manqué à son devoir d’effectuer des vérifications de salubrité obligatoires à l’usine
de Maple Leaf qui a produit les charcuteries contaminées.
FAIT Un nouveau système d’inspection (le Système de vérification de la conformité ou SVC) qui a été mis en vigueur juste avant l’éclosion était déficient et « des améliorations essentielles doivent y être
apportées sur le plan de la conception, de la planification et de la mise en oeuvre.
FAIT Le SVC a « été mis en oeuvre sans que l’on ait préalablement procédé à une évaluation détaillée
des ressources disponibles pour s’acquitter de ces nouvelles tâches. »
FAIT On constatait déjà une pénurie d’inspecteurs avant l’éclosion. « Dans la période qui a précédé l’éclosion, le nombre, la capacité et la formation des inspecteurs affectés à l’usine de transformation des Aliments Maple Leaf du chemin Bartor semblent avoir été stressés en raison des responsabilités que ceux-ci assumaient dans d’autres usines, de la complexité de l’usine du chemin Bartor, notamment sa taille et ses heures de fonctionnement, et des rajustements qu’exigeait la mise en œuvre du SVC. »

En bref, Mme Weatherhil a trouvé qu’il y avait trop peu d’inspecteurs pour couvrir un territoire trop vaste et que ceux-ci sont empêtrés dans un nouveau système d’inspection qui n’a jamais fonctionné correctement.

Six mois après le rapport Weatherill et près de 18 mois après l¹éclosion, on constate peu de progrès visibles. Presque rien n¹a été fait pour corriger et fournir une dotation en personnel suffisante au système d¹inspection pour garantir la salubrité de ce que nous mangeons. Nous sommes toujours en pénurie d’inspecteurs et ce n’est qu’une question de temps avant que ne survienne une nouvelle éclosion.

Le gouvernement fédéral a obtenu une note d’échec sur l’inspection de la sécurité des aliments et la mise en vigueur de sa règlementation. D-

Inspection et de mise en vigueur de la salubrité des aliments

Theme Recommandation Situation Note
Ressources 7. Pour déterminer précisément les ressources d’inspection nécessaires et le nombre d’inspecteurs requis, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit retenir les services d’experts externes qui effectueront une vérification des
ressources. Les experts doivent également recommander
les changements et les stratégies de mise en oeuvre
nécessaires. La vérification doit comprendre une analyse portant sur le nombre d’usines dont un inspecteur doit être respon-sable ainsi qu’une analyse du bien fondé de faire
une rotation des inspecteurs.
On n’a pas commencé de vérification indépendante des ressources; les inspecteurs continuent d’affronter une charge de travail impossible. Échec
Ressources 8. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit s’assurer que les inspecteurs reçoivent, dans des délais
raisonnables, des cours et des formations pour chacune des fonctions qu’ils exécutent. Ces cours doivent être fondés sur une évaluation de la formation supplémentaire nécessaire pour combler les lacunes dans les connaissances et les capacités du personnel d’inspection. Les inspecteurs doivent participer régulièrement à un programme obligatoire sur les tendances actuelles en science et en technologie dans le domaine de la transformation des aliments,
programme qui engloberait les méthodes de conformité
et de vérification.
Aucune nouvelle initiative de formation n’a été entreprise depuis le dépôt du rapport Weatherill. Échec
Ressources 9. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit fournir à ses inspecteurs des outils technologiques modernes (p. Ex. un bloc note électronique) de manière
à accroître leur efficience.
La technologie disponible pour les inspecteurs n’a pas changé. La majorité des inspecteurs ne comptent que sur des technologies de communications qui datent du siècle dernier; certains inspecteurs n’ont ni téléphone portable ni ordinateur; plusieurs n’ont pas d’accès
à l’Internet haute vitesse.
Échec
Ressources 10.L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit modifier son système d’inspection des viandes (SVC) afin :

a. d’avoir les ressources humaines appropriées pour
satisfaire aux exigences de la charge de travail;
b. d’offrir une formation complète à partir des compétences et des capacités requises; d’offrir, dans des délais raisonnables, une formation continue;
c. de superviser le personnel d’inspection qui serait
structuré de façon à encourager l’esprit d’entreprise
et la responsabilisation.
Le système de vérification de la conformité n’a toujours pas fait l’objet d’une évaluation et ne reçoit pas les ressources nécessaires. Échec
Ressources 51. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit veiller à ce que des ressources particulières soient affectées au Bureau de la salubrité et des rappels des aliments pour lui permettre d’exécuter toutes les activités de l’Agence relatives aux rappels. Le Bureau de la salubrité et des rappels des aliments doit être désigné auprès de Santé Canada comme le point de contact principal à
l’ACIA lors des crises alimentaires.
On n’a confié aucun
nouveau budget au Bureau de la salubrité et des rappels des aliments.
Échec
Processus d’inspection 15. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit renforcir ses mesures de lutte contre la bactérie Listeria de février 2009, telles que décrites dans le Manuel des méthodes, parallèlement et conformément aux révisions proposées à la Politique sur la Listeriade Santé Canada, afin de mettre l’accent sur des mesures de contrôle de la bactérie dans les produits prêts-à-manger, en plus des analyses d’environnement et des produits. Il faudra donc :

a.s’assurer que toutes les analyses requises représen-tent une étape de vérification permettant de mesurer l’efficacité du programme de lutte contre la Listeria de l’entreprise, et non un programme de lutte en soi;
b.établir une distinction entre les exigences relatives
aux analyses pour tenir compte des risques associés
à chaque produit (c.-à-d. plus d’analyses pour les produits à risque élevé et moins pour ceux qui
présentent de faibles risques);
c. exiger l’analyse des surfaces de l’aire de transformation qui ne sont pas en contact avec des aliments;
d. établir des exigences de contrôle des produits (retenue et analyse) par suite de résultats positifs aux tests de dépistage de la Listeriasur des surfaces en contact avec des aliments, en procédant comme suit :

i. plusieurs analyses de dépistage de la Listeria sur les surfaces en contact avec des aliments doivent être réalisées sans délai dans et autour de la zone où la présence de la bactérie a été détectée afin de déterminer :

  • si la contamination persiste,
  • si des résultats positifs précédents ont déjà mené à l’application de procédures d’hygiène normalisées;

ii. si les analyses de suivi sont positives, il faut alors faire le dépistage de la Listeria monocytogenes dans les produits provenant de la chaîne de production visée. Durant cette phase de dépistage, tous les produits fabriqués sur cette chaîne durant cette journée (entre deux quarts de procédures d’hygiène) doivent être écartés du marché jusqu’à ce que les résultats soient connus;

e.préciser davantage les attentes de l’analyse des tendances pour cerner les lacunes des programmes de lutte de l’entreprise (y compris de son plan HACCP),
en déterminant si un profil de contamination se dessine.

Cette recommandation a été mise en vigueur avant le rapport Weatherill. Mais sans autres ressources supplémentaires, d’autres aspects de l’inspection des aliments ont souffert B pour l’ACIAÉchec
pour
le gou-
verne-
ment
Processus d’inspection 16. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit revoir ses programmes de surveillance (les plans M-200
et M-205) en adaptant les fréquences d’échantillonnage de chaque usine selon l’historique de conformité, les risques associés à chaque produit et les marchés visés (c.-à-d. une fréquence plus élevée dans certaines usines, et
moins élevée dans d’autres).
La surveillance continue de s’exercer selon une fréquence unique; aucun changement depuis le
rapport.
Échec
Processus d’inspection 17. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit revoir et mettre à jour les programmes, règlements et directives actuels sur la salubrité des aliments afin de mieux tenir compte des pratiques courantes en cette matière. Les programmes, les règlements et les directives demeurent inchangés depuis le rapport. Échec
Processus d’inspection 18. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit mettre à jour son Manuel du programme d’amélioration de la salubrité des aliments pour obliger les usines de transformation des aliments à inclure toutes les procédures normalisées d’exploitation et les bonnes pratiques de
fabrication dans leur plan de salubrité des aliments.
Aucune initiative depuis le rapport; aucun transformateur n’a eu à soumettre à nouveau ses plans HACCP. Échec
Processus d’inspection 19. L’Agence canadienne d’inspection des aliments doit s’assurer de mettre à jour le Manuel de mesures de l’hygiène des viandes dès qu’un changement important
est apporté aux pratiques imposées à l’industrie
On a entrepris la révision
du Manuel de mesures
de l’hygiène des viandes
.
C-
Processus d’inspection 48. Afin d’assurer la mise en oeuvre de pratiques d’application de la loi opportunes et uniformes sur l’ensemble du territoire, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit examiner l’interprétation et l’application de ses lois et de leurs règlements connexes. Pas d’action visible. Échec
Communi-
cations
20. L’agence canadienne d’inspection des aliments doit annoncer officiellement qu’elle s’attend à ce que les usines agréées de transformation de la viande présentent, en temps opportun, à leur inspecteur attitré toute l’information susceptible d’avoir des conséquences sur la salubrité des aliments. Un mémo a été envoyé
à l’industrie.
C
Communi-
cations
26. À la suite de morts humaines ou de maladies graves, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit
divulguer rapidement les résultats de son enquête à l’usine de transformation des aliments concernée, et communiquer au public et aux partenaires de la salubrité des
aliments les mesures correctives qui ont été prises.
Sans objet (Dieu merci!).
Communi-
cations
31. L’Agence canadienne d’inspection des aliments devrait créer un protocole officiel qui garantira qu’une information en temps opportun et cohérente est fournie aux employés des organismes de santé publique provinciaux/territoriaux ou locaux lorsqu’elle leur demande de contribuer à la
réalisation des vérifications de post-rappel.
Pas de changement depuis le rapport. Échec
Inspection Process 32. Pour diffuser de l’information concernant le rappel d’un produit donné à l’industrie de la distribution, y compris aux épiciers, l’Agence canadienne d’inspection des aliments devrait recourir à un formulaire normalisé (comme suggéré par le Conseil canadien des distributeurs en alimentation). Pas de changement. Échec
Inspection Process 38. L’Agence canadienne d’inspection des aliments et l’Agence de la santé publique du Canada doivent renforcer leur profil public pour que la population connaisse
davantage leur mandat.
Pas de nouvelle initiative de relations publiques depuis
le rapport Weatherill.
Échec
Inspection Process 47. En tant qu’organisme de réglementation, l’Agence canadienne d’inspection des aliments doit mettre au point une stratégie de consultation officielle et transparente qui vise à définir son engagement nécessaire auprès des
parties intéressées.
Il n’existe pas pour l’instant de processus de consultation transparente et officielle. Pour l’instant, la consultation se fait derrière des portes closes, ce qui ferme la porte à l’intérêt public. Échec
Gouver-
nance
44.Dès que possible, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, appuyée par des spécialistes indépendants, doit entamer un examen exhaustif de :

a. Sa structure organisationnelle;
b. Sa délégation de pouvoirs et la hiérarchie de ses
responsabilités au sein de l’Agence;
c. Son processus décisionnel.
Cette tâche a été confiée au sous-ministre de l’Agriculture dont l’indépendance a été
remise en question.
C-
Gouver
nance
49. Les trois principaux domaines d’activité de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (salubrité des
aliments, santé des animaux et santé des végétaux) doivent bénéficier de l’aide de comités consultatifs de
spécialistes permanents qui orienteront leur évolution.
Ce changement pourrait exiger des amendements à la Loi sur l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Aucun amendement n’a été présenté au Parlement. Échec
Gouver-
nance
50. Le Bureau de la salubrité et des rappels des aliments doit se rapporter directement au Bureau de la présidente de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Même s’il y a eu des changements dans la structure de responsabilité, le Bureau de la salubrité et des rappels des aliments ne se rapporte pas au bureau de la présidente de l’ACIA. D
Les rappels 29. Santé Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments et l’Agence de la santé publique du Canada devraient examiner, mettre à jour et publier les critères de déclenchement d’un rappel d’aliments pour s’assurer que le poids de la preuve tient compte de renseignements épidémiologiques, y compris des maladies et des morts suspectes, de la distribution géographique et des résultats d’analyse d’échantillons d’aliments, que les emballages aient été ouverts ou non. L’ACIA a complété une évaluation du Système de rappels d’aliments et des mesures d’urgence avant le rapport Weatherill, un processus amorcé il y a presque
cinq ans.
D
Les rappels 30. L’Agence canadienne d’inspection des aliments devrait encourager les transformateurs de viande agréés par le fédéral à dépasser l’exigence minimale actuelle concernant l’accès aux dossiers de distribution de leurs produits et prévoir l’accès électronique à des documents non exclusifs et déverrouillés afin de faciliter d’éventuels rappels
de produits.
Aucune action. Échec

Sécuritéalimentaire.ca demande au gouvernement canadien de s’engager à :

Embaucher 1000 inspecteurs et vétérinaires supplémentaires pour améliorer le respect de la règlementation

Il y a près de 800 établissements de transformation de la viande sous juridiction fédérale un peu partout au Canada, certains traitant plusieurs milliers d’animaux par jour ou manipulant des tonnes de produits prêts à manger comme des charcuteries ou des salaisons. Il y a aussi des milliers d’établissements transformant des fromages, des légumes, du poisson et d’autres aliments, de même que des magasins de détail, épiceries et charcuteries, qui constituent tous des sources potentielles de contamination mortelle des aliments. Ce territoire est beaucoup trop immense pour les 1100 inspecteurs des aliments de plein titre et les 230 vétérinaires responsables de l’hygiène de la viande actuellement à l’emploi de l’ACIA. Alors que le problème de l’intoxication par les aliments est complexe, une dimension du problème est claire : nous n’avons pas assez d’inspecteurs et ceux-ci sont trop disséminés. Par exemple, l’inspecteur responsable de l’usine Maple Leaf d’où provenaient les viandes contaminées lors de la récente éclosion bactérienne était aussi responsable de six autres établissements. Pour nous assurer que les compagnies respectent les règlements de salubrité, nous avons simplement besoin de plus d’inspecteurs.

Imposer un moratoire immédiat sur les mesures d’autosurveillance de l’industrie

Dans le cadre du Système de vérification de la conformité (SVC) récemment mis en place, les inspecteurs ne passent plus maintenant qu’une petite partie de leur journée à superviser les chaines de production dans les abattoirs et usines de transformation des aliments. Le reste du temps, ils traitent des rapports émis par les compagnies.

L’enquête sur les causes de la tragédie des Aliments Maple Leaf a révélé que le Système de vérification de la conformité est gravement déficient et que « des améliorations essentielles doivent y être apportées sur le plan de la conception, de la planification et de la mise en œuvre ».

Le SVC et les autres mesures d’autosurveillance de l’industrie devraient être mis sur la glace jusqu’à ce qu’on ait remédié au déficit en matière d’inspection.

Éliminer les obstacles qui empêchent les inspecteurs et les vétérinaires de l’ACIA d’intervenir immédiatement

On décourage les inspecteurs de l’ACIA d’intervenir immédiatement quand des menaces graves pour la santé se présentent. En lieu d’une action décisive, on les encourage fortement à transmettre à la compagnie en infraction une « Demande d’action corrective » qui établit la nature du problème et lui accorde jusqu’à 60 jours pour apporter des corrections. Nous nous éloignons de la possibilité d’une intervention immédiate de la part des inspecteurs puisque ceux-ci passent 75 % de leur temps à vérifier des rapports produits par les compagnies et à d’autres tâches administratives, plutôt que d’inspecter les établissements.